Test des gants d’hiver Mavic Inferno Thermo

Posté le 08/02/2015 à 18 h 27 min par dans Tests, Textile

Je cherchais cet hiver des gants chauds pour pouvoir rouler par tous les temps que la météo soit froide, très froide, pluvieuse ou tout ça à la fois. Un revendeur Mavic m’a conseillé le modèle hiver Inferno Thermo. Voici mon ressenti après un test concluant composé de plusieurs sorties sous des conditions hivernales variées sur route et chemins.

Gants Mavic Thermo Inferno

Description des gants

Les gants Mavic Inferno Thermo sont de vrais gants d’hiver. Discrets en noir, il sont tout justes décorés de motifs M à l’effigie de le marque, réfléchissants sur l’extérieur des index. Intelligent tout en restant sobre. Les gants couvrent la main et remontent au-dessus des poignets. Un velcro permet de serrer convenablement le gant sur le poignet par dessus la veste pour assurer une bonne étanchéité et ne pas dissiper la chaleur. Le serrage est plutôt large, élastique et permet de venir se placer sur toutes les vestes avec lesquelles j’ai pu rouler cet hiver.

Gants Mavic Thermo Inferno

Le dessus est couvert d’un matériau déperlant et le côté paume d’un tissu doux et légèrement accrocheur. L’intérieur du pouce est recouvert d’un tissu doux permettant de s’essuyer la bouche sans s’irriter. La paume est également renforcée d’inserts aux points d’appui spécifiques de la main sur le cintre, tout comme au niveau de l’articulation du pouce.

Gants Mavic Thermo Inferno

A l’usage

Une fois enfilés, les gants sont tout de suite agréables à porter. l’intérieur est doux. Doublés avec une fine couche de polaire respirante, les gants sont immédiatement chauds. Contrairement à d’autres gants qu’il faut chauffer avec la chaleur corporelle pendant 10 à 15 minutes, ceux-ci procurent tout de suite une sensation de chaleur sans devoir rien faire de particulier. L’isolation est très bonne et conserve la chaleur initiale.

La couche intérieure en polaire n’est pas totalement collée à la couche extérieure. On sent qu’elle bouge un peu. C’est peut-être là le secret du confort et de l’efficacité thermique de ces gants.

Gants Mavic Thermo Inferno

Le gant est un peu large et procure de fait un bon confort et une circulation de l’air favorisant la chaleur. Hésitant entre la taille L, un peu juste au niveau longueur des doigts pour moi et la XL que j’ai finalement prise, j’ai trouvé que le gant était large en comparaison de ceux que j’avais l’habitude d’utiliser jusqu’ici. J’ai des mains fines et ai donc eu tendance à avoir un peu de jeu sur l’épaisseur ou au niveau de l’intérieur de la pince du pouce. A prendre en considération si vous avez de fines mains comme moi. Pour ceux qui auraient des mains plus épaisses, pas de souci, vous serez bien dedans, il y a de la place.

Un bon point à signaler est la bonne résistance du matériau de la paume et du bout des doigts à l’abrasion et aux velcros. J’ai souvent constaté sur de nombreuses paires de gants une grande fragilité des coutures, soit à l’abrasion, soit dans le cas de matériaux type polaire ou laine aux velcros, ces derniers venant arracher des petits morceaux du tissu ou des coutures. Ici, rien ne bouge et le contact avec les velros des vestes softshell n’abîme en rien le bout des doigts.

Gants Mavic Thermo Inferno

A noter également que le pouce, l’index et le majeur possèdent un traitement permettant l’usage des écrans tactiles. Certes, la promesse est respectée et l’utilisation des écrans tactiles est possible. Je me dois par contre d’avouer que malgré cela, la manipulation d’un smartphone avec un gant épais comme celui-là reste loin d’être évidente. On pourra donc manipuler un Garmin tactile sans précision, oubliez par contre toute autre manipulation de précision sur votre mobile.

Ressenti pendant et après les sorties

Pendant les sorties, j’ai été bien dans ces gants. Au niveau thermique, mon ressenti a été parfait. J’ai pourtant roulé par froid sec autour de 0° donc probablement en ressenti négatif, sous la pluie, la grêle et la neige et avec du vent. Dans tous les cas, mes mains sont restées parfaitement au chaud et au sec.

Dans le cas de la sortie la plus humide, la grêle et la neige ont duré 30min avant mon retour en forte intensité. Le gant n’a pas « percé » mais était tout de même bien imbibé à mon retour, je suis forcé de l’avouer. Cependant, mes mains étaient encore chaudes et peu humides. J’ai eu chaud, voire très chaud dans tous les cas et n’ai jamais senti aucun signe de froid ou d’humidité qui m’aurait donné envie de rebrousser chemin.

Gants Mavic Thermo Inferno

Dans l’ensemble, l’humidité est d’ailleurs bien évacuée même si les mains transpirent un peu. Je m’en suis rendu compte en retirant les gants une fois ou deux lors des sorties et en les remettant ensuite. Cette humidité est néanmoins légère, tout juste présente sur la très fine couche de polaire intérieure. Elle permet en fait de bien la coller à la main et éviter qu’elle ne glisse telle que je l’ai ressentie.

Le mouvement de la main avec les gants est relativement naturel. Contrairement à certains gants d’hiver assez massifs et rigides comme les BBB que j’avais pu tester l’hiver dernier, la mobilité est bien meilleure et ferait presque oublier qu’on utilise un gant d’hiver. Je n’ai eu aucun problème pour bien tenir les cocottes tout en agissant sur les freins ou les changements de vitesse. Cela tient probablement à la construction globale qui laisse une belle liberté de mouvement aux doigts malgré la protection efficace.

Prix / conclusion

Annoncés à 55€ par Mavic et trouvables un peu moins cher selon les revendeurs, ces gants sont de très bons gants d’hiver que je vous recommande. Ils résistent bien à toutes les conditions et vous garderont au chaud comme leur nom le laisse penser.

Discrets en noir comme ceux que j’ai testés, ils sont également disponibles en rouge et vous permettront d’être vus grâce aux quelques motifs réfléchissants sur l’index.

Plus d’infos sur le site de MavicAcheter ces gants

Retrouvez toutes les photos du test sur Flickr

A propos de

Tombé dans le vélo à l'adolescence, je n'ai cessé de rouler depuis en essayant de constamment suivre l'actualité du monde cycliste. Je vis le vélo comme une passion, un sport et un mode de vie, chaque coup de pédale après l'autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *