Test du maillot Rekord de Bicycle Line

Posté le 20/10/2013 à 22 h 20 min par dans Tests, Textile

J’ai eu l’occasion de tester cet été un ensemble de la gamme Rekord de chez Bicycle Line, marque de vêtements de cyclisme italienne que je ne connaissais pas. J’ai été supris en bien par la qualité de ces produits, m’attendant à quelque chose de moyen car venant d’une marque méconnue. En réalité, j’ai également été étonné par les nombreux détails astucieux des produits. Je vous parlerai dans ce premier article de la marque Bicycle Line et du maillot, un second sera consacré au cuissard de la même gamme.

Intéressons-nous tout d’abord à la marque que j’ai découvert à l’occasion de ce test

Bicycle Line est née en 1987 quand Gastone Coghetto, qui travaillait chez Pinarello depuis 30 ans, décide d’entreprendre et de créer une marque de vêtements pour le vélo. Il a depuis été rejoint par ses trois fils qui dirigent maintenant la société, présente en plus de 30 pays dans le monde.

La philosophie de Bicycle Line est celle de créer des vêtements de cyclisme avec des matières premières de qualité, italiennes et avec des couleurs et motifs originaux et attractifs. La marque travaille à ce que le maillot que le client achètera soit une pièce étudiée pour lui donner le meilleur d’où la présence d’une R&D dans leurs locaux.

La marque est implantée en Italie où 85% du travail est fait, à leur siège de Dosson di Casier, Treviso (où 30 personnes y sont employées). Les 15% restants sont faits par quelques sociétés italiennes et européennes sous-traitantes qui collaborent aux phases de confection principalement.

Passons maintenant au test de ce maillot.

Une très bonne coupe bien ajustée

Conçu pour l’été, le maillot Rekord est vraiment bien coupé. J’ai souvent été déçu par les coupes des maillots de vélos. Trop amples à certains endroits (torse souvent), trop serrés à d’autres (bras notamment), celui-ci parvient à m’aller parfaitement, étant je pense dans la moyenne du corps cycliste, assez longiligne sans être excessivement maigre ou large.

Le maillot tombe bien sur les reins, protégeant parfaitement le bas du dos en position de pédalage sur le vélo. Au niveau du ventre, le zip ajuste comme il faut le vêtement et la matière élastique permet au tissu de coller sur le corps. Les bras sont eux aussi bien maintenus par un resserement complété d’un joint en silicone pour maintenir les manches sur les bras et éviter un mouvement de va et vient du vêtement sur le haut du corps.

Des matières placées judicieusement

Ce maillot est composé de très nombreuses pièces de tissu de matière différente pour, soit coller au corps, soit laisser respirer ou alors ventiler. C’est bien vu. Au départ, on se demande pourquoi il y a autant de pièces sur le maillot et même comment l’enfiler puisque certaines parties de tissu sont très fines et glissent un peu sous les doigts.

L’ensemble est composé de 89% de Polyamide et de 11% d’Elasthane/Spandex. On distingue 3 types de tissus différents au toucher, du mesh, très fin sous les aisselles et plus ouvert au niveau de la bande verticale dans le dos, du polyamide tissé très fin et très doux sur la majorité du maillot et un tissu épais et très élastique pour les manches, la taille et le bord des poches.

Le maillot est très léger et se fait oublier quand on le porte. La douceur des matières évite les irritations au niveau des tétons ou des plis si vous y êtes sensibles. Je n’ai noté aucun début de rougeur à cause d’un quelconque frottement, c’est un point très positif.

Des détails agréables et bien vus

Les poches arrières sont au nombre de 3. Une poche centrale zippée permet de ranger les clés ou le téléphone mais également d’y faire passer les écouteurs par un trou prévu avec un embout en caoutchouc percé, si vous écoutez de la musique en roulant sur le home trainer, ou le fil de la radio si vous roulez en club et avez une radio en course. Un passant en élastique est également prévu à cet effet au niveau de l’intérieur du maillot, dans le dos, en-dessous du bras droit.

Les deux poches latérales sont profondes et ont une ouverture inhabituelle mais plutôt bien pensée. On y accède par une ouverture latérale haute et élastique. Les barres énergétiques, la pompe ou les démonte-pneu y tiennent très bien tout en restant facilement accessibles passés les premiers instants à chercher l’entrée désaxée, question d’habitude. Je galère souvent à maintenir ma pompe dans une poche latéral du maillot ne voulant pas la sentir sur la colonne vertébrale en roulant et là, avec le design de ces poches, elle tenait très bien.

Les manches disposent sur la partie extérieure de petits bouts de silicone transparents très fins, quasiment invisibles, collés perpendiculairement au liseret élastique. Je me suis demandé pendant longtemps à quoi ça pouvait servir jusqu’à me rendre compte à l’usage que cela permettait de mieux tirer la manche, sans glisser, l’élastique étant en matériau glissant sous les doigts. Grâce à ces petits inserts, on peut positionner comme il faut les manches sans devoir s’y reprendre à 10 fois ou abîmer l’élastique à force de tirer dessus.

Un positionnement prix dans la moyenne, une qualité sans faille

Vendu au tarif de 125€, ce maillot est dans la moyenne des maillots haut-de-gamme pour le vélo. Il est même plutôt bon marché si on met en concurrence avec les maillots Rapha ou les maillots très techniques de marques comme Castelli par exemple.

Pour avoir déjà testé des maillots de ces marques, (on y reviendra prochainement avec Rapha d’ailleurs) celui-ci s’en tire très bien et son prix le présente comme une bonne affaire.

La qualité de fabrication est parfaite. Après une quinzaine de sorties et de lavages en machine, aucune couture n’a montré de signe de faiblesse. Aucune bouloche n’est visible sur le tissu. Il est toujours aussi élastique et collant et les couleurs ne me semblent pas avoir bougé.
Fabriqué en Roumanie et conçu en Italie, il est fidèle à la promesse de la marque de vendre de la « qualité italienne ».

Je mettrais simplement un bémol très personnel mais à relativiser, car les goûts et les couleurs… 😉 le design ne m’a pas enchanté, c’est d’ailleurs pour cela que j’avais demandé un modèle de test blanc ou noir, très sobres et passe-partout, je trouvais les choix graphiques peu valorisants sur les maillots colorés, probablement biaisé par le design de plus en plus sobre des maillots cyclistes chez les concurrents.

Conclusion

Ce maillot m’a étonné par sa technicité, son confort et les nombreuses astuces qu’il cachait. Je l’ai porté tout l’été et ne suis pas revenu sur mes autres modèles en textiles techniques pendant les grandes chaleurs. Il est parfait pour les conditions chaudes à très chaudes.

Il évacue parfaitement la transpiration, ventile agréablement certaines parties du corps comme les aisselles et le dos au niveau de la nuque. Ce point-là m’a beaucoup satisfait. Je m’arrête souvent pour m’arroser dans les cimetières et là, grâce à cette bande, la sensation de chaleur était moins présente, la nuque étant bien ventilée.

Même si la marque est assez dure à trouver, notamment en ligne, je vous conseille ce maillot pour les séances de home trainer cet hiver ou pour l’été prochain, c’est une très bonne découverte à ce prix !

Voir le maillot sur le site de la marqueLa liste des revendeurs

A propos de

Tombé dans le vélo à l'adolescence, je n'ai cessé de rouler depuis en essayant de constamment suivre l'actualité du monde cycliste. Je vis le vélo comme une passion, un sport et un mode de vie, chaque coup de pédale après l'autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *