Test du GPS Mio Cyclo 305 HC

Posté le 08/04/2013 à 21 h 55 min par dans Electronique, Tests

Lorsque Mio m’a proposé de tester le nouveau GPS Cyclo 305 HC, j’ai sauté sur l’occasion, le produit étant très attirant par son aspect et les fonctionnalités proposées. Je voulais également voir ce qu’une marque comme Mio, ayant pas mal d’expérience dans le GPS auto pouvait proposer aux sportifs, le produit proposé semblant très complet et se positionnant clairement dans le haut de la gamme des GPS vélo avec un prix approchant les 400€.


Je l’ai donc testé pendant plusieurs sorties sur route uniquement, en raison de l’attache fournie (on y reviendra), et ai pu me faire une idée sur ce produit.

Description de la boite

La boite bien conçue et jolie contient l’appareil, enveloppé dans un plastique et placé dans un logement en carton noir.

A l’intérieur, on retrouve tous les accessoires de ce pack, c’est à dire la ceinture cardio, le capteur de fréquence de pédalage, le chargeur secteur, le cable de synchronisation usb, les fixations du capteur de fréquence et celles du GPS en lui-même.

Avant de l’utiliser, comme tout appareil électronique, une charge complète s’impose. Premier point négatif à mes yeux, certes minime, l’absence d’indicateur de charge sur l’écran. Comme sur les téléphones ou les players MP3, une petite jauge permettant de juger de l’avancée de la charge aurait été la bienvenue.

Allumage de l’appareil

La mise en route et la première configuration du 305 se font facilement grâce à une succession d’étapes clairement expliquées. Il est demandé de choisir la langue désirée, de choisir le type de vélo utilisé (ville, VTT, course), d’étalonner la boussole de l’appareil en effectuant une petite manipulation avec l’appareil et enfin de rentrer la clé d’activation inscrite sur l’emballage.

Une fois ces actions effectuées, l’appareil se charge et on se retrouve face à l’écran d’accueil très clair qui permet de lancer plusieurs actions. Le tableur de bord permet de lancer un enregistrement de trace. On peut également « naviguer », c’est à dire de se faire guider ou encore se laisser guider en découvrant des routes grâce à la fonction « surprise me », fonction intéressante de l’appareil.

Sur l’écran d’accueil, on retrouve enfin l’accès direct aux paramètres de l’appareil et aux statistiques des sorties.

Utilisation

L’appareil est vraiment simple d’utilisation, les gros carrés sur l’écran sont clairs et faciles d’accès, on ne se trompe jamais lorsqu’on veut appuyer sur l’un ou l’autre depuis le menu.

D’ailleurs, la couche tactile est suffisamment réactive malgré la technologie résistive utilisée. Il faut ici appuyer pour vraiment déclencher l’action, on sent d’ailleurs l’écran s’enfoncer légèrement. Quand on est habitué aux écrans des smartphones, cela surprend au départ mais c’est nettement plus aisé à l’usage et donc très bien vu dans le cadre d’une utilisation sportive. On peut utiliser l’écran tactile avec des gants, sans devoir effleurer mais en appuyant réellement. Le revers de la médaille est la sensibilité parfois erratique, notamment sur les bords de l’écran.

Mais au global l’écran est beau et lumineux même si en plein soleil sans lunettes, il pourra parfois être dur d’y lire quoi que ce soit particulièrement en mode carto où les nuances ne sont pas très marquées. La luminosité pourrait donc être plus forte.

La dalle de l’écran m’a semblé très résistante même si je ne l’ai pas soumise à d’autres tests que celui de m’accompagner sur le vélo, pas de stress particulier en dehors de l’appui des doigts ou des gants. Comme il est précisé, l’appareil résiste à l’eau, j’ai pu le constater avec des gouttes de pluie et de la condensation (comme sur la photo ci-dessous) lors de sorties hivernales. Entendons-nous bien, je ne l’ai quand même pas plongé dans l’eau mais il est agréable de savoir qu’un peu d’eau ne va pas le prendre en défaut.

Une ergonomie travaillé mais pas parfaite

Si l’écran d’accueil est bien conçu et reprend de gros carrés graphiques, un peu sur le modèle « Métro » mis à la mode par Microsoft avec Windows 8, l’ergonomie n’est pas forcément parfaite partout sur les écrans du fait de l’utilisation du produit avec des gants ou en conditions sportives.

En effet, sur les écrans de sélection, les boutons sont gros et accessibles, par contre dès lors qu’on entre dans les applications comme l’enregistrement d’une sortie, on se retrouve avec des boutons bien plus petits qu’un doigt ganté rate de temps en temps ce qui devient vite énervant quand on veut notamment passer d’uné cran à l’autre en mode enregistrement.

J’en suis vite venu à regretter de ne pas avoir de boutons physiques sur les côtés pour actionner les changements d’écran plutôt que de devoir viser sur l’écran pour appuyer sur les coins inférieurs de l’écran, leur sensibilité n’étant de plus pas aussi bonne que le centre de l’écran. Je devais alors tenir le guidon avec une seule main pour utiliser l’autre sur l’appareil, la main ne pouvant venir appuyer précisément sur l’écran tout en se tenant au guidon.

Concernant l’appareil en lui-même, son ergonomie physique est limitée à un seul bouton, ce qui est bien du point de vue utilisateur. Le bouton servant à allumer, éteindre et revenir au menu principal. J’ai trouvé néanmoins ce bouton déroutant car l’appui n’est pas net, l’actionneur étant recouvert d’une pastille en plastique mou épais. Je ne sais si ce bouton résistera bien dans le temps si on appuie dessus très fort à chaque fois, ne sentant pas très bien si l’appui est pris en compte ou non.

L’appareil m’a aussi paru volumineux, trop à vrai dire. Ayant une potence de 120, il dépassait et paraissait vraiment large. Personnellement, je l’ai trouvé trop imposant même si son aspect sobre se fond avec le vélo, on ne peut lui reprocher d’être criard avec le blanc et le gris très sobres.

Son installation m’a pas mal dérouté également, la fixation de l’appareil sur son support rond étant peu pratique. Il m’a souvent fallu forcer pour le fixer, ne sachant jamais trop de quel côté le faire rentrer dans le support ni jusqu’où tourner dans l’encoche n’ayant pas de « clic » ou de butée. Pour le détacher, c’était un peu la même chose mais dans l’autre sens…Pas génial. Là aussi je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec la fixation précise des modèles Edge de Garmin qu’on rentre à 90°, qu’on tourne sur la butée et qui se fixent au clic.

De plus, gros point négatif à mes yeux, le support est unique car fixé avec des colliers en plastique. Si l’envie vous prend d’utiliser l’appareil sur un second vélo ce qui était mon cas, jonglant entre le VTT et le vélo de route, il faudra couper les colliers à la pince et placer le support avec de nouveaux colliers sur l’autre vélo et ainsi de suite à moins d’investir dans un support supplémentaire. Vraiment pas top et vu le prix de l’objet, on aimerait se priver de ce type de dépense supplémentaire. Là aussi, la comparaison avec Garmin est simple mais sans appel, des attaches réutilisables seraient plus appropriées.

Une liste de fonctionnalités impressionnante

Ce GPS est vraiment impressionnant du point de vue des fonctionnalités qu’il propose. En faire la liste prendrait trop de temps tant il y a à dire ! C’est bluffant. J’ai tenté de tout explorer mais pense n’avoir pas vu ou utilisé la moitié des choses embarquées tant il y en a !

De plus, les fonctionnalités ne couvrent pas que l’enregistrement mais également l’historique ou il est possible d’explorer depuis l’appareil ses sorties en long et en large, regarder la carte, voir où on est passé. Tout est paramétrable et l’appareil embarque une cartographie Europe de l’Ouest complète que j’ai pu vérifier en roulant en Belgique.

Parmi toutes les fonctions, j’ai beaucoup utilisé la cartographie orientée avec la boussole quand je roulais. Elle se révèle très sympa et m’a permis de découvrir des routes que je ne connaissais pas, tout comme la fonction « suprise me » étonnante qui propose des chemins alternatifs pour rentrer chez soi. Sympa même si parfois un peu déroutant car le système ne tient pas forcément compte de l’état de la route… :-)

La plupart du temps sinon, j’utilisais l’écran de base offrant 8 informations en parallèle, celui ci-dessous. Avec la vitesse, la pente, la distance parcourue, la vitesse moyenne et le temps notamment.

La compatibilité ANT+ embarquée dans l’appareil vous permettra d’y connecter normalement tous les accessoires de cette norme si vous l’achetez sans les capteurs fournis, cardio, cadence et vitesse, ici.

La ceinture cardio est très pratique d’ailleurs car le capteur/émetteur se démonte très facilement avec des pressions métalliques. Du côté du capteur de vitesse et cadence, j’ai eu plus de mal à le régler sur mon vélo, devant bidouiller pas mal pour qu’il soit détecté, la faute à un espace trop important entre la pédale et le cadre et entre le cadre et le rayon, voir ci-dessous. J’ai finalement réussi à la faire détecter et à enregistrer les données.

Le suivi après sortie lacunaire

Mais malgré l’enregistrement des données, je n’ai pas pu profiter du suivi statistique sur l’ordinateur, ce qui fait à mes yeux la force de ce type de produits dans mon cas d’usage orienté sport et entrainement. En effet, le logiciel de synchronisation avec le GPS ne tourne que sur Windows (et sous Internet Explorer !) et je suis uniquement sur Mac.

Pour tenter de récupérer mes sorties, je me suis alors tourné vers Strava, référence de la statistique cycliste en ligne mais là aussi, l’appareil n’était pas reconnu. Dommage.

Finalement, j’ai extrait moi-même les fichiers GPX de la mémoire de l’appareil, maigre consolation, pour les uploader manuellement sur Strava. Cela fonctionne mais je n’ai pas pu récupérer toutes les informations, l’appareil étant vu comme un mobile et ne fournissant pas la cadence ou le suivi cardiaque. Cela m’a refroidi, étant habitué aux produits Garmin immédiatement reconnus par Strava et intégralement compatibles Mac.

Point de détail et petite déception, l’absence de capteur de température dans l’appareil. Ce n’est pas une « killer feature » pour ce type d’appareil mais il savère toujours utile dans les stats de connaître la température lors d’une sortie.

Conclusion et avis global

Cet appareil « fait bien le boulot » clairement, je ne peux le nier. C’est un bon GPS de vélo. Je ne sais par contre pas trop comment le positionner en terme d’usage. Je ne peux m’empêcher d’y voir un positionnement grand public ou plus orienté vers la rando, le vélo de ville ou les déplacements de tous les jours. Mais vus le prix et les fonctionnalités poussées, j’ai du mal à le croire.

D’un autre côté, les quelques soucis d’ergonomie rencontrés, l’absence de prise en charge sur Strava, sur Mac et la taille très imposante de l’appareil font plutôt pencher la balance vers le grand public qui installera une fois l’appareil sur son vélo et ne sera pas gêné par sa taille ou ne voudra pas trop jouer avec pendant ou après sa sortie, notamment avec les stats sur Strava.

En fait, je pense que l’appareil mérite mieux que ce que j’en ai ressenti et qu’avec quelques petits ajustements ergonomiques (volume, interface), logiciels, une prise en charge sous Mac et Strava, il deviendra un très bon produit, étant à mes yeux un produit sympa  mais ayant quelques défauts de jeuness que je considère néanmoins comme problématiques voire bloquants pour mon usage sportif intensif et qui le seront peut-être aussi pour d’autres.

J’aurais donc tendance à le conseiller aux personnes voulant profiter d’un produit simple à utiliser, puissant et recherchant plutôt un GPS de rando ou de promenade mais ne voulant pas pousser trop l’usage sportif jusqu’à par exemple utiliser Strava, éplucher les stats, connaitre la température

Points positifs
Etanche
Enormément de fonctionnalités
Nombreuses customisations possibles

Points négatifs
Taille imposante
Quelques soucis ergonomiques (taille des zones tactiles, fixations de cintre / potence non réutilisables)
Non compatible Strava
Pas d’outil de gestion des sorties ou de synchro sur Mac
Pas de thermomètre

Acheter le Mio Cyclo 305 HC

A propos de

Tombé dans le vélo à l'adolescence, je n'ai cessé de rouler depuis en essayant de constamment suivre l'actualité du monde cycliste. Je vis le vélo comme une passion, un sport et un mode de vie, chaque coup de pédale après l'autre.

3 Réactions

  1. Apparemment maintenant disponible sur Mac avez vous pu tester
    Avez vous continuer à tester le produit votre ressenti ?
    Merci

  2. Bonjour Johan,
    Non, je n’ai pas pu restester depuis ayant rendu le modèle qui m’avait été prêté par Mio. Je pourrai probablement tester le logiciel Max lors du test d’un nouveau modèle.
    Je ne manquerai pas de remonter mes impressions sur le logiciel Mac et de mettre à jour l’article.

  3. Encore merci pour votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *